Home > Concerts > Reel Big Fish @ Botanique

Reel Big Fish @ Botanique


1996, c’est l’année où « Turn The Radio Off » sortait, un disque épique de ska par Reel Big Fish. Je ne me suis mis au genre que quelques années plus tard, parmi les premiers disques de No Doubt et de Save Ferris. Cela faisait donc une dizaine d’années que j’attendais avec impatience de pouvoir les voir en concert. Et ça valait vraiment le coup d’attendre…

Paul ‘Barney Boom’ Barnes (Sonic Boom Six)

La première partie était donnée par Sonic Boom Six, plus communément appelés SB6 dans le milieu underground british. On n’a pas forcément besoin d’attendre qu’ils nous parlent de leur origine car elle se devine assez facilement : chanteuse aux cheveux rouges clair style emo-punk, chanteur/bassiste à capuche dont les lobes d’oreilles ont doublé de volume pour faire place à un piercing cylindrique creux. Bref, je m’attendais pas mal à entendre du Blackout en version allégée, ou dans le pire des cas, du Paramore… Rien de tout cela! Pour la première fois, je suis complètement convaincu par une ouverture de concert, et ce dès la première chanson. Le groupe originaire de Manchester a ramené ce qui se fait de meilleur dans leur pays : la créativité à base de fusion de genres. Ils sont passés du punk classique (« The Road To Hell Is Paved With Good Inventions ») au ska-raggae (« Through The Eyes Of A Child », « The City Of Thieves ») en passant par du hip-hop (« Strange Transformations », « Tell Me Something That I Don’t Know ») ou même des morceaux bien plus trash, à la limite du métal (« Polished Chrome And Open Kitchens », morceau sur lequel ils nous ont invités à crier les choeurs du refrain : WHO… YOU…). C’est donc un groupe au genre plutôt non défini mais surtout très efficace dans tout ce qu’ils nous envoient.

Laila Khan (Sonic Boom Six)

Malgré un public complètement ramolli et une orangerie quasi vide, le groupe est parvenu a envoyer sur scène une énergie impressionnante. La charmante Laila K. est une pile électrique sur pattes, avec une voix très agréable qui donne des tons un peu émo à leur musique sans pour autant que ça ne soit dérangeant. Dommage que son micro ait mal été réglé car de temps en temps on ne l’entendait pas du tout. Paul ‘Barney Boom’ Barnes, deuxième chanteur, donne de temps à autre sa basse au guitariste afin de pouvoir bouger un peu partout sur scène. Petit clin d’oeil au DJ Cut Killer, on l’entend crier “Woop woop, assassin de la police” sur la chanson « Piggy In The Middle », en référence à une des musiques du film La Haine.
En écoutant de plus près leurs albums, on remarque également quelques relents de drum & bass par moments, ce qui montre définitivement leur envie de mélanger les genres. Un groupe éclectique à découvrir d’urgence!

Aaron Barrett (Reel Big Fish)

Viennent ensuite les tant attendus Reel Big Fish. On sent la différence au niveau de l’ambiance : la salle est maintenant bondée, la tension monte, les gens commencent à crier en choeur : “Let’s go, Big Fish!”. Ils n’auraient pas pu mieux commencer : on aura droit à « Sell Out » et « Trendy » comme entrée (à savoir, les deux premiers morceaux du disque « Turn The Radio Off »). La foule est instantanément entrainée, pas une personne dans la salle n’a réfléchi et tout le monde se met à sauter, pogoter, chanter pendant ces deux chansons cultes. On restera d’ailleurs tous dans cette forme olympique durant approximativement tout le concert.

Le guitariste/chanteur Aaron Barrett est plein de charisme, son enthousiasme se propage immédiatement dans la foule et on voit qu’il prend un certain plaisir sur scène. Les cuivres sont placés à ses côtés, ils sont tout autant en forme et nous aurons souvent droit à des danses les plus ridicules les unes que les autres. Une attitude sur scène qui me fait finalement beaucoup penser au concert de Marcel et son Orchestre que j’avais vu quelques mois plus tôt dans cette même salle. Dans le fond, le bassiste tient compagnie au batteur et tous les deux se font très discret, à la limite du dispensable. Cela fait maintenant pratiquement 20 ans qu’ils tournent avec les grands poissons, on les imagine fort blasés, dommage.

John Christianson & Dan Regan (Reel Big Fish)

Au niveau de la setlist, ils ont relativement bien fait l’impasse sur leur dernier album : on a eu droit à « Brown Eyed Girl » et une partie de « Monkey Man », sans plus. A vrai dire, si cet album est intéressant, ce n’est pas vraiment ce qu’ils ont fait de mieux et ce n’est donc pas plus mal. Faites donc place à une setlist à moitié remplie d’autres chansons de l’album « Turn The Radio Off » : « Snoop Dog, Baby », « Everything Sucks », « Beer », « S.R. » (Suburban Rhythm), « She Has A Girlfriend Now », ô joie, quelle tuerie! Cette dernière chanson annonçait le retour sur scène très prometteur de Laila Khan (chanteuse de Sonic Boom Six de la première partie) pour chanter un très bon duo avec Aaron (remplaçant ainsi la chanteuse Monique Powell de Save Ferris). Le plus impressionnant était de loin les cinq versions différentes de « S.R.». Interprété en rappel, ils l’ont d’abord jouée normalement, ensuite en version punk-rock, disco, ancien rap (façon Run DMC), pour terminer avec une version métal hilarante où le trompettiste Scott Klopfenstein a presque manqué d’avaler son micro pour y crier tous les sons les plus atroces qu’il pouvait. “Non, nous ne ferons pas une version raggae de notre chanson comme tous les autres mauvais groupes de ska”.

Guitare d’Aaron Barrett

En dehors de ces chansons cultes, on a eu droit à une sorte de best of de leurs autres albums, ainsi qu’une reprise de « Take On Me » (version ska de la chanson de A-Ha) qui cloturait la première partie du concert. Le groupe a apparemment tellement aimé le public belge qu’ils nous ont dédié une reprise d’ « Enter Sandman » (de Metallica). Bien sûr, cela faisait partie du show et l’on pouvait lire sur leurs setlists l’ironique “Mr. Sandman”.

Une bonne humeur, une ambiance excellente, une énergie impressionnante sur scène. Même si le prix à payer est de se faire écraser sur le bord de la scène lors des pogos trop violents, j’y retournerai avec plaisir!



Toutes mes photos : http://www.flickr.com/photos/jverlant/sets/72157623192056961
Playlist de mes vidéos : http://www.youtube.com/view_play_list?p=04E0EDCD1B3A854A



Sonic Boom Six – Tell Me Something I Don’t Know

Reel Big Fish – Trendy

Reel Big Fish – She Has A Girlfriend Now

  1. 01/02/2010 at 02:02

    Looks like a fab gig. Glad you enjoyed yourself.🙂

    Andy

  2. 02/02/2010 at 00:03

    Au cas où tu te poserais cette existentielle question, un “piercing cylindrique creux” s’appelle un “stretching” =D

  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: